Onjon : trois fédérations auboises en ordre de bataille (article Est Eclair du 23/02)

Publié le par Webmaster UV Aube

À six jours de l'entame de la saison à Onjon, les calendriers de la saison ne sont toujours pas finalisés...

Si chaque fédération a bien établi le sien propre au niveau régional, il reste encore à régler le problème des ouvertures, notamment celle des épreuves FFC aux coureurs de l'Ufolep qui avait été timidement engagée la saison dernière. Malgré tout, l'essentiel est là.

Et un simple regard suffit pour constater qu'il n'y a pas eu de révolution malgré les soubresauts que le monde cycliste aubois a enregistrés à l'intersaison. Nous en voulons déjà pour preuves les levers de rideau à Onjon en FFC, à Metz-Robert en Ufolep et à Sermaize chez nos amis travaillistes.

Il faut bien noter toutefois une certaine érosion des organisations FFC dont le total, toutes disciplines confondues, s'élève péniblement à cinquante-cinq dans notre département qui reste malgré tout le plus dynamique de la région Champagne-Ardenne. Et encore avons-nous pris en compte, pour la première fois, les organisations du BRST (au nombre de cinq) en freestyle et en race, dont deux manches de Coupe de France qui promettent beaucoup car elles nous offriront l'opportunité de découvrir, sur le site d'Henri-Terré, l'élite française d'une discipline dans laquelle les féminines tricolores ont particulièrement brillé aux Jeux de Pékin.

L'essentiel est sauf

Si on peut déplorer une baisse des organisations, sans doute due à leur coût et aux tracasseries administratives capables de décourager les meilleures volontés du monde, on peut se consoler en constatant que les grands rendez-vous ont été maintenus. La grande classique Paris-Troyes, qui a franchi le cap du demi-siècle, les Pâques cyclistes, le prix de Baroville, déplacé au 1er mai, la nocturne de la Ville de Troyes, qui sont autant d'organisations de l'UV Aube, ont été préservées pour le plus grand bonheur d'un public aubois toujours aussi friand de spectacle.

L'Etoile cycliste baralbine et son président Jacques Sonrier nous convient à leurs habituels rendez-vous dont la célèbre nocturne de Bar-sur-Aube à laquelle tout un pays est viscéralement attaché. Enfin, seule course à étapes, la MCB animera début mai la région marnaise de Congy. On a pu éprouver un temps quelques craintes car l'épreuve a semblé menacée de disparition mais l'UVCA Troyes l'a finalement prise à son compte et assurera la logistique, un domaine où elle excelle.

Autre fait notable, mais là nous sommes dans le mode classique, l'ASPTT continue de privilégier la jeunesse et notamment son école qui s'efforcera de reproduire sa brillante saison 2008.

Enfin, on observera un sérieux temps mort en juillet et août. Jamais calendrier n'avait été aussi déséquilibré. Heureusement, l'ECB évitera, avec sa Nocturne, la saison complètement vide. On sera ainsi amené à s'intéresser avec le public aubois aux organisations de la FSGT et de l'Ufolep. Une dizaine pour la première qui reste fidèle à ses principes en reprenant, comme tous les ans, son panel de journées cyclistes qui ont pour objectif de satisfaire le plus grand nombre.

Avec sa quarantaine d'organisations, l'Ufolep manifeste toujours le même dynamisme. On devrait de nouveau assister à de belles bagarres entre une UVCA Troyes toujours plus solide, l'UC Chamoy, le très actif VC Chaource, le RCSA et l'UV Aube, pour ne citer que les plus en vue.

Somme toute, on ne va pas chômer cette saison grâce à une vitalité de nos trois fédérations dont aucun autre département de la région ne peut se prévaloir. C'est la spécificité auboise. Une saison sur laquelle planera encore l'ombre de l'absent, Michel Bossaert.

 




Premier temps fort de la saison cycliste dans l'Aube : la 51e édition de Paris - Troyes, le dimanche 15 mars. Une course classée 1 et 2 remportée l'année dernière par le coureur de Bretagne Armox Lux, Jean-Luc Delpech après deux saisons de domination russe