Jean-François Barsot reste aux manettes de l'UV Aube

Publié le par UV Aube

C'est dans une ambiance optimiste que l'assemblée a sacrifié au rituel du pot de l'amitié, qu'Antoine Blondin désignait de cette formule savoureuse, « le verre de contact ».


En poste depuis novembre 2001, le président Barsot, à la satisfaction de tous, a rempilé pour une année qui sera, quoi qu'il arrive, la dernière. 

Mais, avant que l'assemblée n'enregistre ce qui a été finalement la meilleure nouvelle de la soirée, annoncée depuis plusieurs semaines, une assemblée extraordinaire démarrait les travaux, qui devait approuver les nouveaux statuts de l'association. Fort d'avoir potassé le sujet, c'est Claude Baudoin qui se chargeait de la lecture du document. Un document de quatre pages et demie, qui intéresse au premier chef les licenciés du club, désormais au fait du cadre juridique dans lequel ils vont évoluer. Pour l'UVA, une vieille dame plus que centenaire, un toilettage s'imposait.


Morizot de retour


Dans son rapport sportif, Roger Canivez, a montré que, malgré tout, l'UVA n'avait pas failli à sa réputation, glanant un total de 90 victoires, aussi bien sur la route, la piste qu'en cyclo-cross ou VTT. Le président Barsot a passé ses troupes en revue en commençant, par les trois fleurons du club, Simon, Cantournet et Gratiot qui ont trouvé ailleurs « une herbe meilleure ». Il est vrai qu'avec un budget de 125 000 €, l'UVA ne peut rivaliser avec les clubs de DN1.Un budget qui a obligé le président à « serrer les boulons à tous les niveaux ». Et d'accuser la crise qui n'a pas épargné les associations.
Il y a ceux qui restent, les Vaubourg, Leroy, Lamoureux, Lefrançois, Parcellier et Petitpas, Paillez et Clément et quelques jeunes prometteurs à l'image de Dumain. On n'oubliera pas Samuel Rouyer qui reste dans l'encadrement et apportera de précieux conseils à ses cadets.
Et puis il y a ceux qui viennent ou qui reviennent. Parmi eux, et c'est sans doute la meilleure opération du club, Florian Morizot qui a été un bon équipier chez Besson Sojasun et revient au bercail pour gagner.
Parmi les nouveaux, citons deux coureurs de la région, Romain Lejeune, 23 ans, transfuge du CC Villeneuve, et Thibaut Villa, originaire de l'ECV Boulzicourt et spécialiste, comme son frère, du cyclo-cross.
Jean-François Barsot en a convenu, il y a là de quoi faire une saison de qualité, en comptant sur le binôme Hurni-Pauvre pour nous préparer une 52e édition du Paris-Troyes qui fera date.
Il repart pour une nouvelle saison mais c'est un président par défaut, las de devoir sans arrêt frapper aux portes, qui a accepté de se maintenir juste pour « dépanner ». Soyons tranquilles, le dépannage, il connaît.

Source : L'Est-Eclair

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :