La bonne passe du CC Charlott'

Publié le par Club Champagne Charlott'

1026962250 3045140 1

Mathieu Simon, victorieux aux Boucles de Picquigny, tire l'effectif vers le haut

 

Florian Morizot, le directeur sportif, revient sur un week-end fructueux, et donne les clés de la réussite du moment (Article l'Est-Eclair)

 

Florian Morizot, votre équipe vient de remporter deux courses* coup sur coup. Êtes-vous surpris de cette réussite ?


« Pas si surpris que ça. On n'avait pas encore donné le moindre coup de pédale, et déjà je savais que je disposais d'un bel effectif. A l'intersaison, j'ai refusé certains coureurs parce qu'ils n'avaient pas la possibilité de s'entraîner suffisamment. C'était une volonté de recentrer sur un effectif adapté au niveau élite, et ça porte ses fruits. »


Y a-t-il d'autres explications à votre bon début de saison ?


« Le facteur réussite entre en ligne de compte, bien sûr. Mais on a une équipe qui est en forme, et surtout, un vrai capitaine de route en la personne de Mathieu Simon.
Maintenant, ne nous enflammons pas, nous ne sommes que fin mars !
Un coureur comme Mathieu aime les courses de printemps, il aura des creux plus tard. C'était surtout important de gagner avant l'organisation des Pâques cyclistes (Saint-Lyé dimanche et Saint-Parres lundi). On va s'y présenter avec une relative décontraction. »


Pour une équipe qui a failli ne pas repartir en DN2, c'est une belle revanche…


« Ce n'est pas uniquement la division qui fait l'effectif, et cette saison, le CC Charlott' a plus un effectif de DN1 que de DN2 ! Mais encore faut-il être capable de gagner des courses 1re catégorie ou Élites. Il y avait quand même du beau monde au départ. Deux ans en arrière, on ne gagnait pas forcément ces courses-là. Alors, on profite de ces bons résultats. Ça prouve que les coureurs ne se sont pas démobilisés. Ils ont continué à bien bosser cet hiver. J'ai des coureurs matures, qui m'ont fait confiance. Je leur avais promis que ça se règlerait et ça s'est réglé. »

 

Ces deux victoires vont renforcer une cohésion qu'on sent déjà forte, non ?


« Oui, complètement. On a fêté la victoire de Geoffrey (Corniau) tous ensemble, l'ambiance est excellente. L'effectif est homogène, il est disponible dans le travail. Ceux qui ont un travail en parallèle ont un mental d'acier. Quand je vois les efforts produits par Geoffrey, je dis bravo ! Moi-même, je ne l'aurais pas fait ! »


Quels sont vos prochains objectifs ?


« Saint-Lyé et Saint-Parres, puis le circuit des Ardennes début avril. C'est une classe 2 qui nous a toujours souri. Cette année, je vais être obligé de sélectionner pour garder seulement six coureurs, parce qu'on retrouve de la qualité. Ensuite, on se tournera vers la deuxième manche de Coupe de France (Tour du Périgord le 28 avril). C'est dommage que ça n'arrive pas plus tôt, parce que l'équipe ne pourra pas être en forme tout le temps. Mais on occupe la deuxième place au général, on a envie de faire quelque chose… »

* Geoffrey Corniau au Grand Prix d'Enduiest (samedi), Mathieu Simon aux Boucles de Picquigny (dimanche)