PARIS-TROYES : A l'UV Aube, un Villa peut en cacher un autre

Publié le par UV Aube

Thibaut Villa (en jaune tout à droite), dans un groupe emmené par Geoffrey Corniau de l'UV Aube. Aujourd'hui, l'Espoir de Boulzicourt a rejoint le club rouge et noir (Source : L'Est-Eclair)


Après Romain, l'UV Aube a recruté un autre Villa : Thibaut. Dimanche, comme presque toute l'équipe, il sera en apprentissage 

L'UV Aube a régulièrement placé un de ses coureurs dans le top 20 du Paris - Troyes. En 2009, c'est Mathieu Simon (10e) qui avait fait honneur au maillot rouge et noir.
Cette année, les chances de figurer aux premières loges sont minces pour l'UVA. De par son expérience, Florian Morizot sera le chef de file. Romain Lejeune (2e à Joinville et 9e au Circuit des 4 Cantons) se testera sur une classe 2. Les autres coureurs du club ? Trop en retard dans leur préparation, à l'instar d'un Julien Rabaud. « Le mauvais temps de ce début d'année nous handicape plus que les équipes Continentales qui, elles, peuvent faire des stages et des courses dans le Sud, plaide Michel Huet qui craint que le fossé entre amateurs et professionnels ne soit « énorme » dimanche.
Thibaut Villa, lui, n'est pas du genre à se démonter. La condition physique ? « J'ai plutôt de bonnes sensations et surtout une grosse motivation », lâche-t-il avec l'assurance de ses 21 printemps, même s'il sait que dimanche, il y aura plusieurs classes d'écart entre les Continentales et son équipe de DN2.


« Pas la mentalité à rester dans le peloton »


« C'est la première grande course de ma carrière, il y a un peu d'appréhension de ma part. Je vais m'accrocher pour aller au bout. En tout cas, je n'ai pas la mentalité à rester dans un peloton » ajoute le jeune frère de Romain, l'ancien pro de Cofodis, aujourd'hui au SCO Dijon, également présent dans la course.
« Thibaut, c'est effectivement un gros mental, un tempérament d'attaquant, appuie Michel Huet. Il est très courageux dans l'effort. »
Sans doute cette soif de compétition est-elle accentuée par la parenthèse de six mois qu'il s'est accordée entre 2008 et 2009, afin de donner la priorité à ses activités professionnelles à Aix-en-Provence. « J'ai repris le vélo en juin 2009, et malgré cette coupure, j'ai senti que j'avais franchi un cap », raconte-t-il.
Dans la continuité, le garçon a réalisé une saison hivernale de cyclo-cross « en demi-teinte », juge l'ancien coureur de Boulzicourt. « Au niveau régional, j'ai eu de bons résultats, mais j'ai commis des fautes techniques qui m'ont valu deux chutes, dont une au championnat de Champagne. » 36e aux France Espoirs, l'Ardennais est resté sur sa faim. D'où cette volonté farouche de repartir au charbon, sur route cette fois.
Paris-Troyes constitue une simple étape dans son apprentissage. « On va tâcher d'aider Florian (Morizot). Il sera là j'en suis sûr. Il a envie de bien faire pour le club. » Même dans une forme encore précaire, à domicile, les « rouge et noir » ne veulent pas décevoir.