Romain Lejeune : « Je n'ai aucun regret »

Publié le par Club Champagne Charlott'

2013011550f4f223c62a1-0-277881.jpg

Quatrième des France de cyclo-cross chez les élites, Romain Lejeune revient sur sa perf' pleine de rebondissements (Source l'Est-Eclair)

 

Dans le cercle fermé des spécialistes, tout le monde sentait que le sociétaire du Club Champagne Charlott' était dans la bonne spirale. Dimanche en début d'après-midi, Romain Lejeune en a apporté la preuve au terme d'une course chargée de suspense.
 

 

Sa course


« Pour tout vous dire, j'avais imaginé tous les scénarios, du départ dans les conditions idéales à celui complètement raté. Je voulais m'attendre à tout. Je ne dis pas que j'avais planifié la chute non plus mais quand on prépare un objectif, il ne faut rien laisser au hasard. Quand je me suis retrouvé à terre alors qu'on était en pleine vitesse, j'étais comme sonné. Voir partir le peloton et se voir debout à côté de son vélo, ce n'est pas évident. Je suis resté calme, il n'était pas question de s'énerver. Je suis reparti avec trente secondes de retard. J'ai mis un demi-tour à me remettre dans la course car j'avais mal avec les chocs de la chute et aussi froid d'avoir touché le sol. Quand je me suis remis dans le rythme, je me suis presque demandé ce qu'il m'arrivait. Je rattrapais les coureurs 10 par 10 jusqu'à finir le premier tour à la treizième place. » Quand on compare son premier tour à celui de Mourey, Romain a perdu seulement vingt secondes, ce qui l'aurait placé… dans le sillage du futur vainqueur. « Le reste de la course, je l'ai couru pour faire le meilleur résultat possible. Je me suis battu comme si rien ne m'était arrivé. Quand je suis revenu très vite sur Aurélien Duval, j'ai bien senti que quelque chose se passait au point que Duval lui-même s'est étonné de me voir là ! J'ai essayé d'attaquer John (Gadret) mais il était plus frais que moi. J'ai osé. C'est mon meilleur Championnat de France et peut-être la course de ma vie ! »

 

Une préparation réfléchie 


« Avant de commencer la saison hivernale en octobre dernier, j'ai essayé de me poser les bonnes questions en compagnie de mon entraîneur, Ludovic Dubau, l'un des meilleurs spécialistes de cyclo-cross. Depuis plusieurs années, je démarrais la saison sur les chapeaux de roue avant de connaître un moment plus difficile à l'approche de Noël. En fait, cette année, je n'avais qu'un seul objectif : le Championnat de France à Nommay. Les autres courses n'étaient que des épreuves de préparation. C'est vrai que l'an passé, je courais après chaque victoire au point de courir deux fois par week-end et, du coup, d'user beaucoup d'énergie en début de saison. À l'entraînement, Ludo (Dubau) m'a fait privilégier le qualitatif au quantitatif avec un volume d'environ 15-18 h de vélo par semaine. Il m'a même freiné car je voulais en faire plus, je l'ai écouté et j'ai eu raison ! J'ai couru en Belgique mais pas tout le temps. Il fallait se faire un mental d'acier pour arriver à Nommay serein. Je pense que cette préparation a été parfaite. J'ai eu des moments de récup' pour recharger les batteries. J'ai pu me rendre compte de mon état de forme lors de la manche de Loenhout au BPost Trofee où j'ai fini 12e avec les meilleurs mondiaux. »

 

Pas qu'une revanche 


« Cette performance de premier rang n'arrive pas par hasard pour moi. J'ai eu une progression régulière saison après saison. Petit à petit, je fais ma place dans la catégorie, c'était le cas chez les espoirs et c'est le cas chez les élites. Du top 15 il y a deux ans, je suis passé au top 10 et maintenant au top 5. Sur route, j'avais senti que j'avais franchi un palier, j'en ai franchi un autre en décembre. C'est une réelle satisfaction. » On le sentait un peu revanchard dimanche soir. « Pour moi, être à cette place, c'est aussi un peu une revanche. J'ai montré qu'il fallait compter sur Romain Lejeune même dans un Championnat de France avec des pros. Et puis, battre des coureurs qui ont un grand palmarès c'est aussi quelque chose de grand pour moi. Sans polémiquer, quand j'ai doublé Aurélien Duval, j'ai repensé à tout ce qu'il avait pu me dire de désagréable l'an passé. Je ne suis pas rancunier, j'aime juste montrer qu'il faut compter sur moi. Maintenant, pour la fin de saison, je vais faire la Coupe du monde à Hoogerheide en Belgique dimanche prochain puis deux cross en Bretagne la semaine suivante et… (peut-être)…les Championnats du monde à Louisville aux États-Unis début février. Il y a trois places et je suis en balance pour la troisième. Je saurai dimanche prochain après Hoogerheide. » Pour Romain Lejeune, ce n'est pas encore l'Amérique… Mais cela y ressemble.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :