Samuel Rouyer, un gros plus pour l'encadrement de l'UVA

Publié le par UV Aube

Le directeur sportif de l'UV Aube Michel Huet disposera d'un adjoint de valeur en la personne de Samuel Rouyer, qui a mis un terme à sa carrière la saison dernière.

En début d'année, alors que l'UV Aube, comme tous les ans, peaufinait sa préparation dans le Midi, les médecins ont été alertés par le cas Samuel Rouyer  

Examens, radios, analyses et tout le toutim, le dossier traîne durant des semaines, voyageant du CHU de Nancy jusqu'au bureau du cardiologue de la Fédé. Diagnostic : une anomalie cardiaque qui lui coupe désormais la route de la compétition. Une bien mauvaise nouvelle que le coureur accueille cependant avec une certaine philosophie. « C'est vrai, je n'étais pas prêt, ça m'a fait quelque chose sur le coup. Mais j'avais 30 ans et l'essentiel de ma carrière était derrière moi. Alors, je me suis fait une raison et j'ai relativisé le problème. »
La pilule a été dure à avaler pour l'intéressé mais elle avait aussi un goût amer pour son club, privé au seuil d'une nouvelle saison de son capitaine de route, un coureur émérite, passé par le Crédit agricole Espoirs et le CC Etupes et sur lequel, son directeur sportif, Michel Huet, ne tarit pas d'éloges : « Samuel est un excellent coureur, quelqu'un qui a toujours pratiqué le cyclisme de façon saine, qui a mené la guerre contre le dopage. Ce qui fait qu'il est respecté par tout le monde. En outre, c'est quelqu'un de très abordable et qui a un très bon contact avec les jeunes. »


Une reconversion… sportive


Avant Samuel, c'est un autre Rouyer, Jérôme, qui a fait les beaux jours de l'UV Aube. Il y a quatre ans, Jérôme a rompu avec le monde du vélo en assurant la succession de l'exploitation agricole de ses parents, en Lorraine. Mais, s'il a remisé le clou, parce qu'on ne sort pas indemne de ce qui a été sa passion pendant des années, il garde un œil sur le cyclisme et surtout sur le petit frère. « Jérôme et moi, nous avons toujours été très proches, avoue Samuel. Il continue bien sûr de me conseiller, de me motiver. Il suit avec attention le développement de ma carrière. »
Vous avez dit « carrière » ? Alors, maintenant que Samuel a dû se faire une raison, qu'en est-il exactement de son avenir ? Pas de souci.

Quand on a une tête bien faite, il est évident qu'on a assuré et qu'on n'a pas attendu les pépins pour préparer sa route. À la différence de Jérôme qui a fait le break, il ne coupe pas les ponts avec le sport, encore moins avec le cyclisme où il est comme un poisson dans l'eau.
C'est ainsi qu'en 2006, il intègre le Creps de Dijon avant de rejoindre celui de Nancy, sa région. À vrai dire, fonctionnaire de l'Education nationale en qualité de professeur d'EPS, ce n'est pas son objectif. Il vise plus haut et plus pointu. C'est pourquoi, depuis début octobre, il est à l'Insep (Institut national du sport et de l'éducation physique).
Est-il besoin de présenter la structure installée à Vincennes et qui accueille les sportifs de haut niveau ? Samuel a dix-huit mois à passer au sein de l'établissement, à la suite de quoi il pourra, dans un premier temps, viser un poste de CTR (conseiller technique régional) à l'image de Jackie Millet en Champagne-Ardenne et, plus en avant, espérer intégrer le staff de l'équipe de France. L'objectif est clair qui vise les hautes sphères fédérales. Qui peut condamner l'ambition ?
Pour l'heure, Samuel n'a pas l'intention d'abandonner le navire. Parallèlement à sa formation, il reste licencié à l'UV Aube et tout le monde a été heureux de le retrouver lors de la dernière assemblée générale du club.
Écarté du terrain, il a accepté d'intégrer l'encadrement. Pas question de déboulonner le directeur sportif, Michel Huet. Mais il y a de la place pour faire profiter les jeunes de son vécu. Le public visé ? Les Juniors et les Espoirs à qui il pourra dispenser moult conseils, que ce soit sur la diététique ou sur la stratégie à suivre concernant le planning des courses. Lors de l'AG, avant que les travaux ne débutent, il était, face à la toile, en compagnie d'Olivier Parcellier, un des grands espoirs du club. On était déjà en pleine séance de travaux pratiques.