Victor Gousset 2e de la MCB !

Publié le par Club Champagne Charlott'

Victor Gousset (CC Charlott') est passé tout près du bonheur dimanche à Congy. Mais c'est le Jurassien Philippe, plus mûr, qui tire le gros lot (Source L'Est-Eclair)

Gousset (UVA - CC) en tête, suivi par Comparat, les deux hommes viennent de placer une mine à l'amorce du dernier tour

Gousset (UVA - CCC) en tête, suivi par Comparat, les deux hommes viennent de placer une mine à l'amorce du dernier tour

 

Ils sont descendus de leurs montagnes, à vélo on le sait, et sont repartis avec les lauriers après avoir fourni un modèle de course d'équipe. Dimanche après-midi, dans le troisième volet de la MCB, les p'tits gars du Jura ont fait main basse sur le classement général par le biais de l'atypique Vincent Philippe. Principale victime de leur méfait, le sociétaire du CC Charlott' Victor Gousset, pourtant au niveau durant ces deux jours (voir ci-contre), a baissé pavillon alors qu'il bénéficiait d'une avance d'1 minute 30 sur son aîné. Une échappée intervenue aux environs du trentième kilomètre, comprenant des coureurs aussi dangereux que Philippe et Thibaut Boulanger (Charleville-Mézières), est allée à son terme avec le second comme vainqueur d'étape.

Un train de retard


Fatigué par ses efforts de la veille et de la matinée qui l'avaient vu s'adjuger superbement le contre-la-montre, Gousset a bien tenté sur la fin de combler de justesse les secondes qui le séparaient de la victoire finale. Il n'en resta que dix-huit. « J'ai énormément de regrets, confessa-t-il après coup. On a vu partir Philippe et ses coéquipiers mais on a réagi trop tardivement. Ensuite, ils ont bien roulé devant et on n'a jamais pu se rapprocher ». Le train est malheureusement passé et il n'est pas sûr qu'il se représentera. Par contre, dans le camp du lauréat, c'est plutôt l'euphorie qui montait petit à petit. Gageons que le retour dans leur massif s'est déroulé sans anicroches. À l'image de leur course, en somme.

 

Omniprésent samedi et dimanche, Victor Gousset a marqué l'édition 2011 de son empreinte. De quoi le rassurer pour la suite de sa saison

Le podium avait fière allure hier à Congy. Victor Gousset (à gauche du maillot jaune) a cru longtemps en ses chances. Mais c'est Vincent Philippe (Jura) qui a eu le tout dernier mot

Le podium avait fière allure hier à Congy. Victor Gousset (à gauche du maillot jaune) a cru longtemps en ses chances. Mais c'est Vincent Philippe (Jura) qui a eu le tout dernier mot

 

«Étant donné mon état de forme, j'ai fait une croix sur le général. Mais remporter une étape sur la MCB reste une belle victoire. C'est même un succès de prestige». Cet aveu signé Thibaut Boulanger, le très prometteur Ardennais, ne consolera certainement pas Victor Gousset (CC Charlott'). Il aurait même l'effet inverse. Car sa déception d'être passé à côté de quelque chose de fort doit être de la même échelle que la qualité de son week-end marnais. Et il n'y avait qu'à voir la joie manifestée par Vincent Philippe et ses coéquipiers pour se rendre compte que gagner la MCB a une réelle signification.


« On s'est raté »


Ce qui le chagrinait le plus relevait en fait de cette sensation d'avoir laissé échapper la première place alors qu'il croyait la détenir solidement. Sentiment recueilli après la remise des prix : « Il faut le dire : posséder 1'25 d'avance, c'est très confortable et cela ne se perd pas comme ça. Franchement, cet après-midi (ndlr : hier), on s'est raté ». L'Aubois faisait bien sûr référence à ce moment d'inattention dans lequel les Jurassiens se sont engouffrés avidement. Petite précision en aparté, le dénommé Vincent Philippe connaît très bien le haut niveau puisqu'il collectionne, dans l'univers de la moto, cinq titres de champion du monde d'endurance et sept Bol d'Or avec l'écurie Suzuki.
L'expérience, parlons-en, c'est peut-être ce qui a manqué à son dauphin pour grimper d'une marche. Et c'est peut-être aussi le domaine où il aura progressé au final. Une deuxième place lors de l'ouverture et au général, un chrono remporté haut la main tendent à réhausser le bilan: «C'est positif, forcément. Je ne m'attendais pas du tout à ces résultats, surtout après le début de saison que j'ai connu».
Apprendre à conclure les occasions quand elles se présentent, voilà un chantier sur lequel il va pouvoir travailler dans les mois et semaines à venir. Tout comme sa formation qui, lors du week-end pascal, aurait pu ouvrir son compteur grâce à Émilien Clère (4e à St-Lyé et 2e à St-Parres-aux-Tertres). Le destin jouerait-il de mauvais tours au Club Champagne Charlott'?